A propos

La formation au service de vos ambitions

Aller directement à : À propos des ateliersÀ propos de Olivier BénardTu pourrais aimer

À propos des ateliers d’écriture

Lorsqu’on en vient à évoquer l’écriture, à première vue, beaucoup d’idées reçues sont suggérées : impossible pour moi de réussir, je n’ai pas de connexions, seuls quelques privilégiés parviennent à être publiés, encore moins à être lu et il est encore plus difficile d’en vivre. Cela est faux.

Il est vrai que vivre de l’écriture n’est pas quelque chose d’aisé. Mais parvenir à être publié est loin d’être compliqué. En effet, c’est même tout l’inverse qui se produit aujourd’hui : cela n’a jamais été aussi facile.

Nous sommes tous écrivains. Que ce soit au travers de livres, de textes postés sur des blogs, sur les réseaux sociaux, de mails ou de messages, nous sommes, toutes et tous, des auteurs. De la même manière que les supports de lectures se multiplient, les moyens pour parvenir à la publication grossissent eux-aussi.

A mes 18 ans j’ai décidé de suivre un cursus scientifique passionnant. Projeté dans le monde professionnel, j’ai compris qu’il y avait par ce schéma-là un sentiment d’accomplissement évident mais qui demeurerait incomplet. Je ne pouvais abandonner si facilement mon attrait pour la littérature.

Je me suis depuis spécialisé dans l’écriture de nouvelles, romans et essais. Avec un double bagage, à la fois scientifique et littéraire, je compte plusieurs publications à mon actif dont un livre sur le marathon disponible sur Amazon et plusieurs essais primés, aux thématiques à la fois humaines et sociales.

Écrivant de manière continue et professionnelle depuis 2015, je publie régulièrement billets d’humeurs et tribunes. Je me consacre désormais pleinement à la transmission de ce que le métier m’a appris.

En savoir davantage sur les ateliers ou envie de nous rejoindre ?

  • Nouveau ? Commence ici.
  • Accède aux publications.
  • Des questions ? Les réponses dans la FAQ.

À propos d’Olivier Bénard

Je suis né en 1996 dans le Sud et grandi dans la ville d’Auguste Renoir. J’ai très vite été attiré par la littérature et dévoré plus de 300 livres avant mes 22 ans. Avec l’envie d’écrire, j’ai rapidement été confronté à plusieurs idées reçues : c’est un monde réservé à certaines élites, impossible pour moi d’être publié, plus difficile encore d’être lu et moins facile d’en vivre.

J’ai alors suivi un cursus scientifique, abandonnant toute velléité d’écriture. Après une classe préparatoire et un cursus d’ingénieur en informatique, je suis entré dans le monde professionnel. Là j’y ai été inspiré par les lieux où j’ai vécu : New York, Londres, mais aussi Nice, Paris et Nancy. Cependant, j’y ai surtout été marqué par des collègues, désespérant de trouver un sens dans leur travail. Bien que parfaitement accompli, je comprenais ce sentiment de ne parvenir à être heureux en suivant ce schéma-là. Il manquait quelque chose, un sentiment d’accomplissement, de cohérence qu’ils n’avaient probablement pas. Ils se trouvaient également contraints par la satisfaction exprimée par leurs proches, dont ils étaient parmi les premiers à suivre cette voie qu’on disait prometteuse.

« Il y avait des milliers d’êtres qui, chaque jour, voyaient leurs vies contrariées. Assujettis à la contrainte de n’être jamais eux-mêmes. Je repensais à cet ami homosexuel dont les parents n’auront jamais le fait porté à leur connaissance. À cette fille que les brillantes études menaient en direction d’un chemin que ses proches avaient choisi pour elle, inconscients du poids de leurs satisfactions. À cet autre-là, trop souvent négligé, à qui l’on n’avait jamais présenté les opportunités que je rejetais moi-même, et qu’il aurait, lui, saisies avec bonheur. Autant de vies sacrifiées sur l’autel de la congruence »

Extrait de « Comme mon père », un de mes premiers romans écrit en 2017.

Certains s’oubliaient dans l’écriture de romans, de pièces de théâtre, ou encore de sketchs ou la rédaction d’un journal intime. Des activités que j’avais pour un temps délaissées. Je me suis alors souvenu des encouragements portés par certains de mes professeurs. Notamment cette professeure de latin qui avait su voir avant l’heure là où était ma voie, mais aussi tous ces piliers qui avaient su me présenter des opportunités à même d’effacer ces « chagrins d’écoles ». Appuyé par des victoires successives, notamment la publication de plusieurs essais primés, tribunes, articles ou extraits de romans, j’ai décidé d’embrasser complètement l’écriture. J’ai tiré de mes expériences plusieurs livres, dont un ouvrage sur le marathon publié sur Amazon après avoir formé pendant 3 années de futurs marathoniens, et un blog que je tiens à jour régulièrement depuis 2017. C’est alors que je me suis mis à transmettre à mon tour les encouragements que l’on m’avait prodigués.

On retrouve ces dimensions techniques dans mes essais, l’amour des mots dans mes romans et plus généralement l’attachement aux autres et le goût de la transmission dans mes travaux aux thématiques à la fois humaines et sociales. J’ai depuis 2019, décidé de me consacrer pleinement à la transmission d’un bagage culturel acquis et des savoirs appris.

Ce qu’ils en disent :

«  La lecture est très fluide, les arguments percutants et encore une fois l’aspect documenté est un atout incontestable  »

Tu pourrais aussi aimer :

Comment réussir dans l’écriture

Publie tes écrits en moins d’une semaine. Mets en œuvre les principes pas-à-pas que j’ai suivis lorsque je me suis lancé dans l’écriture professionnellement il y a plus de 4 ans maintenant. Publier mes premiers écrits a été l’une des plus belles décisions que j’ai pu prendre dans ma vie. C’est non seulement devenu une manière de vivre, mais plus important, une manière d’apporter une contribution au monde. En savoir plus.